Broken Houses

Selon Jean Baudrillard, la civilisation urbaine voit se succéder, à un rythme accéléré, les générations de produits, d’appareils, de gadgets, en regard desquels l’Homme paraît une espèce particulièrement stable. Inspiré par cette réflexion, Vincent Marcq a porté son attention sur ces objets que l’on n’ose jeter et plus précisément, sur leur lieu de stockage : le garage. Il définit ainsi le garage comme un « musée » intemporel où règne une esthétique du désordre. Ces lieux, devenus espaces de stockage, de transition, d’attente, livrent une archéologie du contemporain, où se montre le déclin d’une société de consommation qui commence à saturer et encombrer l’espace.